Rechercher
  • Véronique Lacour

ET SI ON REDÉCOUVRAIT NOTRE VRAI RYTHME


Grâce à la chronobiologie, on peut connaître son pic de forme pour travailler, dormir, manger, faire une pause ou du sport. Heure par heure, comment optimiser sa journée d'après les rythmes de son corps.

Les rythmes biologiques jouent un rôle important dans la construction de nos comportements habituels (alimentation, sommeil…). Il existe de nombreux modèles de rythmes biologiques dont les plus connus, chez les mammifères, concernent les cycles de sécrétion hormonaux (mélatonine, cortisol) impactant leur physiologie tout entière (température corporelle, attention et éveil, cycles veille sommeil, régénération cellulaire, migration, reproduction). La prévisibilité que procure les rythmes biologiques permet de mieux connaître les périodes d'activité des prédateurs, de disponibilité de nourriture, de reproduction… Chez l'homme, ils peuvent permettre de mieux prévoir l'occurrence des accidents. Même s'il n'est pas le seul paramètre rentrant en compte, le stimulus principal régissant les rythmes biologiques est la luminosité : la réaction physiologique des organismes dépend en grande majorité dans la durée d'exposition à la lumière ou à l'obscurité, la longueur des jours et des nuits. Les systèmes circadiens peuvent pour cela jouer un rôle dans la mesure et l'interprétation de la durée d'une journée. La chronobiologie introduit en biologie une dimension temporelle. Elle donne une réponse à la question QUAND ? En effet, dans leur milieu naturel, les animaux doivent faire face : aux événements prévisibles, liés aux variations nycthémérales et saisonnières de leur environnement.

Des rythmes circadiens permettent à l'organisme de prévoir, donc de répondre par anticipation aux variations périodiques de l'environnement et d'assurer ainsi une relative constance du milieu intérieur (homéostasie prédictive). La régulation du milieu intérieur ou homéostasie réactive varie donc elle-même de façon régulière et prévisible et il n'y a pas une mais des homéostasies qui diffèrent suivant les heures (rythmes circadiens), suivant les jours (rythmes circamensuels) et suivant les mois (rythmes circannuels).

Un des aspects très important de la valeur adaptative des rythmes circadiens est qu'une cellule ne pouvant tout faire en même temps, ces réserves énergétiques étant limitées, l'existence d'une programmation dans le temps lui permet d'utiliser son énergie pour assurer certaines fonctions à certaines heures et d'autres fonctions à d'autres heures. De ce fait, les effets d'un médicament, d'un anesthésique ou d'un nutriment seront fonction du programme de la cellule : ce principe est à la base de la chronopharmacologie. Les effets d'un agent chimique varient donc en fonction du rythme circadien des systèmes.

Informations sur : https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/chronobiologie


Il est urgent de réapprendre à écouter son corps, et si la Covid-19 nous donnait un nouveau regard sur notre fonctionnement biologique ? Il serait temps d'adapter notre mode de vie à un rythme plus naturel, je sais c'est un vaste débat ! Par contre il est toujours possible de faire des micro-changements ne dit-on pas que "Les petits ruisseaux font les grandes rivières" (Ovide)

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout